Christiane Taubira et l’ennemi imaginaire – Par Ulysse

Taubira, ennemi de la sécurité publique

03/08/2015 – SOCIÉTÉ (NOVOpress)
Alors que Taubira envisage de dépénaliser la conduite sans permis, un tragique fait-divers met en lumière la « pertinence » de cette réforme.

Notre Garde des Sceaux est toujours prompte à se mettre du côté des délinquants et à baisser les garde-fous judiciaires de notre société. Alors qu’elle envisage sérieusement de dépénaliser la conduite sans permis, un tragique fait-divers vient rappeler que cette pratique est tout sauf anodine.

Dans la nuit de samedi à dimanche, une fourgonnette Berlingo s’est renversée sur une route départementale près de Rohan. Sur les 14 passagers, tous mineurs, quatre ont trouvé la mort. Le conducteur, qui fait partie des blessés, n’avait pas encore l’âge requis pour le permis de conduire.
Sur une portion de route en ligne droite, le véhicule surchargé semble avoir raclé le talus, puis traversé la route pour finir dans le fossé, après avoir fait plusieurs tonneaux.

Il y a déjà

deux causes évidentes à cet accident, la conduite sans permis (du jeune conducteur) et la surcharge du véhicule

a déclaré dimanche après-midi Yann Le Bris, procureur-adjoint de Vannes, lors d’un point-presse à la gendarmerie de Rohan, la commune où s’est déroulé le drame.

Certes, le fait que la conduite sans permis soit encore à ce jour un délit n’a en rien empêché le drame. Mais il est tout aussi évident que la banalisation de cette pratique ne pourrait avoir que des conséquences néfastes… ne serait-ce que de décourager beaucoup de jeunes de ne pas passer le coûteux examen.


Invasion de l’Europe : submersion migratoire à Budapest

03/08/2015 – BUDAPEST (NOVOpress) - Un correspondant de Novopress se trouvait à Budapest. Il a filmé les scènes du quotidien de la gare de l’Est de Budapest, où près de 1500 clandestins squattent de toutes parts les lieux. La police les évacue chaque jour et les envoie dans des camps de réfugiés, mais ceux-ci sont remplacés par un flux quotidien, puisque de 1500 à 2000 clandestins entrent chaque jour en Hongrie via la Serbie. Depuis un an, la Hongrie a ainsi vu plus de 150.000 clandestins pénétrer illégalement son territoire.

Cette situation a amené le Premier Ministre hongrois Viktor Orbán à construire une barrière grillagée de quatre mètres de hauteur le long des 175 km de la frontière commune entre la Hongrie et la Serbie. La construction de ce mur sera terminée à la fin du mois d’août 2015.

Il se pourrait toutefois que cette mesure forte et symbolique soit insuffisante, les possibilités d’endommager la barrière pour traverser illégalement la frontière n’étant pas nulles, d’où l’appel à l’aide d’un maire frontalier hongrois pour collecter des fonds pour équiper sa commune et garder la frontière à la charge de sa commune. Vous pouvez vous aussi aider ce maire courageux qui tente d’endiguer l’invasion en effectuant un don à cette adresse : helloasso.com/associations/nationalite-citoyennete-identite/collectes/un-4×4-pour-asotthalom

Publié le

Les alarmantes réflexions d’un poète sur la langue française

VIDÉO TV5MONDE - Entretien avec Alain Borer, auteur de De quel amour blessée aux éditions Gallimard. Dans son livre, le poète Alain Borer prend le contre-pied du “fracoptimisme” ambiant. Selon lui la langue française n’est pas en expansion, elle est en voie de disparition !

“La responsabilité des hommes politiques est gigantesque. Elle est énorme lorsqu’ils prennent des décisions (je vais en dire un mot) ; elle est énorme lorsqu’ils parlent mal, comme Le Foll, par exemple. Ou Valls, qui bredouille sur deux syllabes. Ou le Président de la République, qui ne parle que sur deux syllabes, comme les boîtes à rythme d’aujourd’hui…”

Publié le
Vu sur Twitter

L’immigration, principale préoccupation des Européens, selon un sondage de l’UE

Publié le
Burqa_enfant-588x330

L’islam contre les femmes

Source : Polémia
Pendant près de huit cents ans en Espagne, pendant plus de quatre siècles dans les Balkans, les Musulmans ont imposé leurs lois, leurs modes de vie exclusifs, ont dicté leur loi religieuse à l’ensemble des Chrétiens d’Orient et d’Occident.
De Tolède à Byzance, chacun a pu mesurer les souffrances endurées par toutes celles et tous ceux qui, au contact des Musulmans, « vivaient comme on peut tenter de le faire au milieu de loups ou de lions ».
Cible particulièrement fragile de cette cohabitation imposée, les femmes sont considérées en terre d’islam « comme un champ de labour, auquel l’homme va comme il le veut ».

Pour peu qu’elles soient chrétiennes, elles sont encore moins respectables car « condamnées au feu éternel ».
Ainsi sont traitées et jugées par l’islam les femmes chrétiennes, officiellement protégées en terre d’islam autrefois par leur statut de dhimmis
A y regarder de plus près toutefois, on se rend compte que la « dhimmitude » citée en exemple par certains exégètes de l’islam, est un leurre.

En réalité, les Grecs, Serbes et autres Espagnols qui durent subir la dhimmitude restèrent dans l’oppression. Avilis, méprisés, les sujets chrétiens étaient tout juste bons (comme d’ailleurs les Juifs dans une moindre mesure) à servir de faire-valoir fiscal et financier aux Arabes en Espagne, aux Turcs dans l’Empire ottoman.

L’existence des infidèles, Juifs et Chrétiens, était une condition nécessaire de l’équilibre du budget.
La mission prioritaire des gouverneurs musulmans à Cordoue ou des fonctionnaires turcs dans les Balkans, était de lever l’impôt foncier et la capitation dus par les populations vaincues demeurées fidèles à leur foi. Gare à celui qui ne s’acquittait pas de sa capitation : il pouvait être réduit en esclavage, voire puni de mort. Gare également au Chrétien dont la femme était trop désirable, il pouvait très facilement passer de vie à trépas !
Les dhimmis n’avaient pas le droit de port d’armes, ne pouvaient pas monter à cheval, devaient s’effacer dans la rue quand ils voyaient un Musulman, et se lever quand ils étaient assis, au passage d’un croyant.

Lire la suite

Vu sur Twitter

Faut-il répondre au SOS de Bachar el-Assad ? Entretien avec Jacques Myard

Publié le
Expulsion des immigrés clandestins d’Arabie Saoudite : quand on veut, on peut

Condamner le terrorisme et dérouler le tapis rouge pour le roi d’Arabie

Source : Boulevard VoltaireCondamner le terrorisme et dérouler le tapis rouge pour le roi d’Arabie.

Nous avançons avec dans une main la Déclaration des droits de l’homme et dans l’autre une liasse de contrats d’armement destinés à des pays qui se soucient des droits de l’homme, et encore plus de ceux de la femme, comme de leur dernière djellaba.

C’est entendu, SOUS le sable de l’Arabie saoudite, il y a beaucoup de pétrole, plus que partout ailleurs, et donc énormément d’argent. Chacun sait qu’en France, à défaut de pétrole, on a des idées. L’idée, ici, consiste à faire venir le pétrole et son argent, en l’occurrence, le roi d’Arabie, SUR le sable, celui de la plage de la Mirandole à Vallauris, ce qui n’a pas manqué de déclencher un pic de protestations.

On conçoit le mécontentement des vacanciers habitués à cette plage et le dérangement des riverains. Mais, plus que l’abandon de nos principes au nom de nos intérêts et de nos alliances, cet accueil est l’aveu sidérant des contradictions auxquelles conduisent le déclin du pays et l’effondrement des hommes qui le dirigent. La première est d’ordre économique et politique. La France est le pays du luxe, et les entreprises sur ce marché entretiennent des savoir-faire et des emplois dont le pays a plus que jamais besoin. Mais c’est aussi le pays où le souci de l’égalité dans les discours politiques tourne à l’obsession. Ce qui rend ce paradoxe ridicule ou odieux, c’est qu’il produit une préférence étrangère et un désavantage pour les nationaux. Si les étrangers puissants et riches sont les bienvenus, est-il intelligent de faire fuir au-delà de nos frontières les Français fortunés qui se mettent à l’abri d’une fiscalité délirante et surtout d’un impôt sur la fortune, cette exception française absurde, maintenue par la démagogie de gauche et la couardise de droite ? Il est probable que le séjour en France, en permanence, des exilés fiscaux aurait des retombées économiques plus importantes que les trois semaines du roi Salmane ben Abdelaziz Al Saoud.

Lire la suite

Vu sur Twitter

500 000 voitures piratables et contrôlables à distance, dès aujourd’hui !

Publié le
migrants_secourus

Clandestins : depuis mai, la Méditerranée est moins meurtrière

01/08/2015 – EUROPE (NOVOpress)
Le renforcement des moyens de la mission de surveillance « Triton » conduit à sauver plus de clandestins en mer… et donc à en encourager encore plus de tenter leur chance.

Routine : chaque jour, les autorités italiennes annoncent le sauvetage de migrants repêchés en Méditerranée. Des centaines de vies ont été sauvées depuis le renforcement des moyens de la mission « Triton ». La zone d’intervention de la mission a alors été élargie pour se rapprocher des côtes libyennes, et son budget, revu à la hausse.
Le nombre de morts est en net recul, à en croire un rapport publié le 1er juillet par l’agence des Nations unies pour les réfugiés (HCR) : si ce flux ne cesse de croître – 150 000 personnes sont arrivées sur les côtes européennes par la Méditerranée depuis le début de l’année, dont la moitié en Italie – , le nombre d’individus décédés ou portés disparus a diminué de manière spectaculaire. 12 victimes ont été identifiées au mois de juin, contre plus de 1 750 entre janvier et avril 2015.
Outre la météo plus favorable,

Les opérations de recherche et de sauvetage menées par les Européens depuis mai ont eu un impact immédiat et positif

note le HCR. Officiellement mission de surveillance, « Triton » s’est muée en opération humanitaire. Résultat : depuis le renforcement de la mission, 1 migrant sur 427 embarqué en Méditerranée a perdu la vie en mer contre 1 sur 16 en début d’année.

Techniquement, Frontex est une agence de protection des frontières, mais dans la pratique nous sauvons des individus et les ramenons en Italie, donc notre action ne diffère en rien de celle de « Mare Nostrum » »

reconnaît Ewa Moncure, porte-parole de l’agence européenne de protection des frontières, Frontex.
Ambiguïté entretenue à l’endroit des opinions publiques européennes, mais qui ne trompe pas les passeurs, lesquels envoient de plus en plus de clandestins en mer.
Si l’on ne peut que se féliciter des vies sauvées, il est en revanche tragique de constater l’appel d’air à l’immigration clandestine que constitue « Triton » tant que les responsables de Frontex ne reconduiront pas les naufragés à leur point de départ au lieu de les acheminer sur le sol européen.

refugiees_yazidies

Le Département d’Etat américain empêche les chrétiens d’Orient de témoigner des persécutions musulmanes, dont ils sont les victimes

Source : résistance républicaine
Alors que les persécutions des chrétiens d’Orient par les musulmans atteignent un niveau de brutalité sans précédent, le Département d’État américain a dévoilé sa politique de double standard à l’encontre des minorités chrétiennes persécutées.

Soeur Diana, une influente Responsable chrétienne irakienne, qui devait se rendre aux USA en mai dernier, afin de plaider la cause des chrétiens persécutés au Moyen-Orient, se vit refuser son visa par le Département d’État américain, malgré le fait qu’elle ait visité les USA précédemment, notamment en 2012.
Elle devait faire partie d’une délégation de leaders religieux d’Irak, en compagnie, entre autres, de sunnites, de chiites, et de yézidis, invités à Washington D.C. pour parler de la situation de leur communauté respective.
Chaque responsable religieux reçut un visa, à l’exception de la seule représentante chrétienne du groupe : Sœur Diana.
Lorsque ce refus fut de notoriété publique, de nombreux Américains protestèrent et certains écrivirent à leurs. députés.
Ainsi, l’ancien président de la Chambre, Newt Gingrich, se référant au refus d’octroyer un visa à Sœur Diana, déclara :

Cette administration ne semble jamais trouver une bonne raison pour aider les chrétiens, mais trouve toujours une excuse pour disculper les terroristes… Comme ce refus injustifié attire l’attention, j’espère que le Secrétaire Kerry inversera la situation. Dans le cas contraire, le Congrès devra mener une enquête et virer la personne, responsable de cette décision.

Le Département d’État accorda finalement le visa à Sœur Diana.

Ce n’est pas la première fois que le Département d’État américain refuse d’octroyer un visa à un Leader chrétien, en provenance d’une région musulmane. L’année dernière, alors que l’Institut américain pour la Paix invita tous les gouverneurs des Etats du Nord du Nigéria, à majorité musulmane, à une conférence aux USA, le Département d’État bloqua le visa du seul gouverneur chrétien de la région : Jonah David Jang.
Selon un avocat nigérian, défenseur des Droits de l’Homme, basé à Washington D.C., le problème de visa du gouverneur chrétien, était tout simplement dû à la politique discriminatoire antichrétienne du gouvernement américain.
Les USA insistent sur le fait que les musulmans sont les premières victimes de Boko Haram ! Ils affirment également que ce sont les chrétiens, qui discriminent les musulmans de l’État du Plateau, l’un des rares États du Nord à majorité chrétienne.

Google continue à innover pour un monde orwellien

« Droit à l’oubli » : Google dit non à la Cnil !

31/07/2015 – MONDE (NOVOpress)
Dans un billet publié jeudi soir, le moteur de recherche a annoncé qu’il refusait de se mettre totalement en conformité avec la question du «droit à l’oubli» imposé par la CNIL (Commission nationale de l’informatique et des libertés).

Google, qui prend le risque d’écoper de sanctions, considère que l’instance française n’est pas compétente pour contrôler les informations accessibles à travers le monde :

Nous respectons la position de la CNIL mais nous contestons par principe l’idée qu’une agence nationale de protection des données personnelles revendique une autorité à l’échelle mondiale pour contrôler les informations auxquelles ont accès les internautes à travers le monde.

Pour rappel, la Cnil avait demandé à la firme de Mountain View de se mettre en conformité avec le droit à l’oubli, en prévoyant de désindexer les informations non plus seulement sur les versions européennes de son moteur mais aussi sur ses versions internationales.


blogueuse_islam

Communautarisme : une blogueuse voilée se plaint : “la France veut rester blanche”

31/07/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Asma Fares est une “blogueuse beauté” qui possède plus de 80 000 abonnés sur sa chaîne YouTube “Asma Make Up”. Elle vient de publier une vidéo pour expliquer que les grandes marques la bouderaient du fait de son voile.

Selon elle, si les marques la boycottent, c’est parce que “la France veut rester blanche” :

Les mentalités en France me semblent encore bloquées. La France ne veut pas s’enrichir de la différence, elle veut rester française, blanche, alors que de nombreuses communautés existent sans être représentées.
Au Royaume-Uni ou aux Etats-Unis, il me semble qu’il y a plus d’ouverture d’esprit sur le voile. Sur certains sites de marques étrangères, il y a même des rubriques spéciales pour le ramadan par exemple.
Je comprends bien que mon voile puisse me cataloguer instantanément comme musulmane. Mais je ne porte pas de burka, j’ai juste un voile sur la tête.

Asma Fares nous explique donc que le voile ne devrait pas l’empêcher d’être une YouTubeuse comme les autres. D’ailleurs, le titre de sa tribune est assez explicite : “Les grandes marques me boycottent. C’est injuste”. Calimero est-il de retour ?



Chard-Présent-8408

Taubira en roue libre (Présent 8408)

31/07/2015 – POLITIQUE (NOVOpress)

À quelle population selon vous s’adresse Christiane Taubira à quelques mois de la raclée électorale annoncée, quand elle propose que la conduite sans permis ne soit plus un délit ? Il suffisait d’entendre ce matin à la radio les délinquants concernés pour se faire une idée.

Qui conduit sans permis (et au passage sans assurance ni aucun respect des règles) ? Ni vous ni moi. Mais une forte proportion de racailles et de voyous dont le comportement est à cet égard (et à d’autres) totalement criminel. L’un d’eux était tout étonné au micro de RMC de n’avoir écopé que de 300 euros d’amende pour avoir été contrôlé sans permis : « J’le croyais pas ! » Et tu aurais été bien bête de le passer, la vie d’ma mère !
8408-Une
Moins cher que de se prendre trois radars dans le mois (pour un dépassement de 5 km/heure). Et ça devrait devenir le tarif ordinaire selon l’une des dispositions du projet de loi intitulé « La justice du XXIe siècle » (excusez du peu) que devait présenter notre madone des détenus ce vendredi en Conseil des ministres : une simple contravention, qui ne donnerait plus lieu qu’à une amende de 500 euros grand maximum. Au tarif du permis de conduire (2 000 euros dans le meilleur des cas) inutile de dire que pour beaucoup, ce sera vite vu.

Le défaut de permis de conduire était jusque-là passible d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende, mais il est tellement répandu qu’il engorge les tribunaux. C’est la saine méthode Taubira : les pédophiles encombrent les tribunaux ? Supprimons le crime de pédophilie !

La « déjudiciarisation » des délits routiers avait déjà été envisagée lors des débats préparatoires entourant la réforme pénale de 2014. Mais redoutant un (nouveau) procès en laxisme, la Chancellerie y avait renoncé. Elle revient à la charge, en recadrant très scrupuleusement son projet de réforme.
Pendant ce temps, haro sur le brave conducteur lambda titulaire d’un 12 points qui a payé toutes ses leçons de code et de conduite, ses assurances, son contrôle technique, son stationnement et qui conduit ceinture bouclée, à jeun, sans oreillette, ni cigarette, ni tongs, en respectant le 130. Au faciès lui, il prend cher.

Caroline Parmentier

pieds-noirs

C’est de cette façon qu’en juillet 1962, on traita les rapatriés d’Algérie

Source : Boulevard Voltaire
Il m’apparaît comme instructif, pour les générations qui n’ont pas connu, ou mal connu, ces événements tragiques, de faire souvenir de quelle manière ont été accueillis ces Français lors de leur arrivée, par Manuel Gomez.
À rapprocher de l’attitude de nos dirigeants face aux clandestins… (NDLR)

26 juillet 1962, le maire de Marseille, le socialiste Gaston Defferre, accorde une interview au quotidien Paris-Presse l’Intransigeant. Sujet : L’arrivée massive des rapatriés d’Algérie.
53 ans plus tard, il m’apparaît comme instructif, pour les générations qui n’ont pas connu, ou mal connu, ces événements tragiques, de faire souvenir de quelle manière ont été accueillis ces Français lors de leur arrivée, contre leur gré et emportés par le vent de l’Histoire, dans leur pays, leur patrie, la France.
Le « bafouilleur marseillais », Gaston Defferre, ne se prive guère de donner son avis : «

Ils fuient. Tant pis ! En tout cas, je ne les recevrai pas ici. D’ailleurs, nous n’avons pas de place. Rien n’est prêt. Qu’ils aillent se faire pendre où ils voudront ! En aucun cas et aucun prix je ne veux des pieds-noirs à Marseille.

À la question “Voyez-vous une solution aux problèmes des rapatriés à Marseille ?”, il répond : “Oui, qu’ils quittent Marseille en vitesse ; qu’ils essaient de se réadapter ailleurs et tout ira pour le mieux.”
Mais Gaston Defferre n’est pas un cas isolé.
Un sondage IFOP début juillet indique que 62 % des métropolitains refusent toute idée de sacrifice à l’égard des Français d’Algérie.
Voici d’ailleurs un rapport découvert lors de l’ouverture des archives :

Les Français d’Algérie qui débarquent en métropole font l’objet d’une froide indifférence, ou même d’appréhensions. On ne les connaît pas. On ne sait d’où ils viennent ni s’ils sont “vraiment” français. Jugés premiers responsables du conflit qui vient de se terminer et qui a coûté la vie de trop nombreux soldats métropolitains, ils ne semblent pas “mériter” que l’on porte sur eux le regard compatissant que beaucoup espèrent.

Lire la suite

Dwekh Nawsha

Dwekh Nawsha, des Français contre l’État islamique en Irak

30/07/2015 – MONDE (NOVOpress)
On parle beaucoup des Français rejoignant les rangs de l’État Islamique (Daesh). Ceux qui vont les combattre sont plus discrets : les Dwekh Nawsha

Branche française d’une organisation lancée mi-mai 2014 en Irak, qui a compté dans ses rangs des vétérans américains et britanniques, Dwekh Nawsha France s’est lancé au lendemain des attentats de janvier.
Le but ? Combattre l’État Islamique aux côtés des Kurdes et défendre les chrétiens.

Notre premier but est d’aller combattre Daesh sur son terrain, de défendre les chrétiens d’Orient et de représenter la France et nos valeurs

explique un responsable de Dwekh Nawsha.
Attention, ces « futurs martyrs » (en araméen) ne sont en aucun cas des mercenaires, la loi française interdisant cette pratique. Ces volontaires doivent payer leur logistique, armes et munitions. Cela n’a pas freiné le recrutement, puisque selon l’organisation, « Un groupe d’une quinzaine d’éclaireurs sera en tête de pont. Ce sont principalement des anciens de l’armée, âgés de 25 à 45 ans ». Au total, ce serait une première vague de 50 combattants qui serait opérationnelle à la rentrée.
Le dossier de quelque 200 réservistes

est actuellement à l’étude. Les profils sont sérieux : nous recherchons d’abord la motivation, la maturité, des personnes avec un casier judiciaire vierge et… si cette personne est un ex-militaire, c’est encore mieux

explique Ian, porte-parole des Dwekh Nawsha

Leur moteur ? Défendre la foi chrétienne, bine sûr, mais pas seulement. Dans leurs rangs, pratiquants et athées se côtoient, mais tous sont révoltés par l

a barbarie, les actes de cruauté de l’État islamique. Ce n’est pas concevable de se faire tuer pour sa religion, qu’on soit chrétien, juif ou musulman

témoigne l’un d’eux.

Je le fais pour mes enfants et pour tous les chrétiens. Ma priorité est de faire cesser le massacre et je suis prêt à sacrifier ma vie pour ça

expliquait pour sa part Christophe Cattier.
Les anciens militaires sont bien sur privilégiés, mais des intellectuels, ouvriers, commerçants, fonctionnaires… postulent aussi.
Toutefois, les va-t-en-guerre passeront leur chemin, les témoignages des « anciens » de Dwekh Nawsha montrent que les Kurdes cantonnent les volontaires étrangers en seconde ligne, essentiellement pour éviter la mauvaise publicité que causerait la mort de l’un d’entre eux.
Mais s’ils n’apportent pas un soutien militaire décisif, ils sauvent l’honneur de la France et apportent un soutien moral aux victimes et aux ennemis de l’islamisme.