Eric Zemmour : mise au point sur la Turquie

Migrant : “Une fracture Est-Ouest à mur renversé”

05/09/2015 – FRANCE (NOVOpress)
“C’est le retour du conflit Est-Ouest à front renversé, ou plutôt à mur renversé avec toujours la Hongrie en éclaireur”, explique Éric Zemmour à propos de la plus grande crise migratoire traversée par l’Union européenne depuis la deuxième Guerre mondiale. Il rappelle qu’en 1989, ce pays entrouvrait le mur de Berlin à sa frontière avec l’Autriche.

“Aujourd’hui, la Hongrie construit un mur à sa frontière avec la Serbie”, poursuit-il. Le journaliste constate que si les Hongrois et leurs voisins de l’Europe communiste “rêvaient jadis de liberté et de circulation”, la liberté de circulation est aujourd’hui “leur cauchemar”.

L’Est “évoque la défense de la civilisation européenne”, mais pour l’Ouest “l’Europe se confond avec le monde”, décrypte Éric Zemmour.


Migrants-deloges-le-Defenseur-des-droits-ouvre-une-enquete

La paralysie des politiques face à l’invasion migratoire

05/09/2015 – FRANCE (NOVOpress)
La photo d’un enfant syrien mort noyé a été largement exploitée par les médias qui souhaiteraient voir s’instaurer une immigration totale et obligatoire.
Pour Frédéric Saint Clair, le pouvoir politique semble surtout gagné par une paralysie progressive, paralysie de l’action publique qui est due principalement à une paralysie de la pensée politique.


Made in France : la bande-annonce du thriller consacré au terrorisme islamiste en France

05/09/2015 – CULTURE (NOVOpress)
C’est l’un des films qui suscite le plus d’attente et d’interrogations dans le cinéma français. Le sulfureux Made in France de Nicolas Boukhrief vient de dévoiler sa bande-annonce. Et le thriller consacré à la formation d’une cellule islamiste radicale s’annonce sacrément intense !


Made in France – bande-annonce du thriller… par Ecranlarge

Publié le
Pour commencer l’année en souriant… par Bernard Lugan

La démocratie tue l’Afrique – Par Bernard Lugan

L’Afrique sud saharienne est frappée par deux maladies mortelles, la démographie et la démocratie[1].

Le mal démocratique est la conséquence du « one man, one vote ». La raison en est simple : les fondements individualistes de la démocratie moderne sont incompatibles avec les réalités communautaires des sociétés africaines. Là est la cause principale des conflits qui ravagent le continent au sud du Sahara. Contrairement à ce que psalmodient les tenants de la doxa, ce ne sont ni la question du développement, ni les problèmes économiques qui sont à l’origine des guerres africaines[2] – même si, ici ou là, minerais rares ou précieux peuvent en être le carburant – mais le Politique. Ainsi :

- Au Soudan du Sud, comme les Dinka sont les plus nombreux, ils sont assurés de détenir le pouvoir, ce que les Nuer refusent. La guerre ne cessera donc pas.

- Au Mali, les Touareg, moins de 5% de la population, sont écartés du pouvoir par la mathématique électorale. Alors que le règlement de la crise passe par la reconnaissance de cette réalité, la seule solution proposée fut la tenue d’élections. Or, pas plus au Mali qu’ailleurs, le scrutin n’a réglé le problème nord-sud car l’ethno-mathématique électorale n’a fait que confirmer la domination politique des plus nombreux, en l’occurrence les Sudistes. D’autant plus que pour ces derniers, les ennemis ne sont pas tant les islamistes que les séparatistes touareg.
- En Afrique du Sud, les Blancs (environ 8% de la population) n’ont ethno-mathématiquement parlant aucune chance de l’emporter dans des élections face aux Noirs. A ce clivage racial vient s’ajouter une fracture ethnique qui fait qu’au sein de l’ANC, le parti de gouvernement, les plus nombreux parmi les Noirs, à savoir les Zulu (environ 25%) l’ont ethno-mathématiquement emporté sur les Xhosa (environ 18%). L’avenir du pays s’inscrira donc automatiquement à l’intérieur de cette réalité.

- Au Rwanda, les Tutsi (10% de la population) ont ravi le pouvoir aux Hutu (90%) à la faveur du génocide et ils le conservent grâce à des pratiques politiques dignes de la grande époque du système communiste. Si des élections libres étaient organisées, le régime tutsi serait électoralement balayé par l’ethno mathématique.

Le problème politique africain se résume donc à une grande question : comment éviter que les peuples les plus prolifiques soient automatiquement détenteurs d’un pouvoir issu de l’addition des suffrages ?
La solution réside dans un système dans lequel la représentation irait aux groupes, l’Etat-nation de type européen étant remplacé par l’Etat-ethnique.

Lire la suite

Vu sur Twitter

Aylan Kurdi : l’indécence de Taubira

04/09/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Taubira révulse les internautes avec son poème sur la mort d’Aylan Kurdi, son attitude est indécente et abjecte. Revue de tweets.

Publié le
Victor Orban : « nous ne voulons pas d'immigrés en Hongrie »

Immigration, « suicide de l’Europe » selon Vaclav Klaus, « menace pour l’identité chrétienne de l’Europe » pour Viktor Orban

04/09/2015 – MONDE (NOVOpress)
Donnez-nous des hommes politiques est-européens ! Après la sortie de l’ex-président de la République tchèque, Vaclav Klaus, qualifiant l’immigration de suicide de l’Europe, c’est aujourd’hui le Premier ministre hongrois Viktor Orban qui appelle à défendre « l’identité et des racines chrétiennes » de l’Europe face à la vague migratoire musulmane

À la suite du clash diplomatique entre la France et la Hongrie, dû aux critiques par Laurent Fabius de la clôture mise en place à sa frontière face aux clandestins, Vaclav Klaus a déclaré :

Si l’Europe veut commettre un suicide en recevant un nombre illimité de migrants, qu’elle le fasse, mais sans notre accord. Nous devrions dire un non résolu. En attendant que l’Europe ose dire que l’immigration n’est pas un droit de l’homme, le temps passe et la situation devient toujours plus menaçante.

De son côté, Viktor Orban a défendu la politique migratoire de la Hongrie face au président du Parlement européen Martin Schulz et à la « la politique d’immigration erronée » de l’Union européenne. À l’appui de la barrière frontalière que la Hongrie dresse face à l’afflux massif d’immigrés clandestins, il affirme que

la protection des frontières extérieures de l’UE reste essentielle […] Qui peut accepter d’être envahi ? Personne ne peut l’accepter. »

Il a aussi pointé du doigt le conflit culturel qui ne manque pas de surgir à l’occasion de l’afflux de clandestins

Il ne faut pas oublier que ceux qui arrivent (…) sont les représentants d’une culture profondément différente. Dans leur majorité, ce ne sont pas des chrétiens, mais des musulmans. C’est un aspect important, car l’Europe a une identité et des racines chrétiennes ».

« N’est-ce pas déjà assez préoccupant que l’Europe ne soit pratiquement plus en mesure de maintenir son propre système de valeurs chrétiennes ? Si l’on perd cela de vue, la pensée européenne peut se retrouver minoritaire sur son propre continent », estime le Premier ministre hongrois, actuellement en déplacement à Bruxelles. Et de conclure, à propos des quotas d’accueil :

L’Europe doit comprendre que l’on ne peut accueillir personne quand on est submergé. Et là, on est submergé ».

Une position appuyée par le ministre slovaque des Affaires étrangères Miroslav Lajčák, qui a estimé ce même jour que « de fait, la zone Schengen n’existe plus ».

Les clandestins traversent sans aucun obstacle les pays qui sont censés protéger les frontières de Schengen. Normalement, il est assez difficile d’obtenir le visa Schengen, mais actuellement des dizaines de clandestins arrivent ici et personne ne les contrôle. Avons-nous un accord Schengen ou pas ? »

enfant noyé

Aylan Kurdi : le poids de l’émotion, levier de la manipulation ! Tribune Libre de Vincent Revel

04/09/2015 – SOCIÉTÉ (NOVOpress)
La loi des images impose la pensée unique. Les partisans de l’immigration de masse bénéficient pleinement de l’appui des médias et ceux-ci n’hésitent plus depuis longtemps à sélectionner leurs informations. Face à ce rouleau-compresseur, rares sont ceux à assumer publiquement une réflexion contraire au politiquement correct. 

Désormais, tout passe par l’image. Celle-ci peut faire et défaire la plus solide des réputations et transformer une idéologie ou une utopie en vérité absolue. L’image est là pour émouvoir, briser tous désirs de résistance. Face à elle, la raison n’a plus sa place. Le choc qu’elle est sensée produire a pour but de tout renverser. L’émotion guide à présent les décisions de nos politiques et plus rien ne peut être entrepris sans l’aval des médias, devenus avec le temps les gardiens des nouveaux dogmes, servis intelligemment par les images.

Les « immigrationnistes » l’ont bien compris. La propagande officielle s’en sert pour délivrer ses slogans formatés. L’Européen moderne est prisonnier de ce système et ne peut plus avoir une réflexion indépendante de la loi des images. Tous les détracteurs de l’Occident en abusent, aussi bien les partisans du grand métissage, que les extrémistes de gauche, très influents dans les associations antiracistes, mais aussi les néo-libéraux seulement soucieux de la courbe de croissance des économies modernes.
Qui ose encore assumer publiquement des propos lucides sur le drame des migrants après les images passées en boucle du cadavre d’Aylan Kurdi, ce petit de trois ans, récupéré sur une plage ? L’hypocrisie est à son comble avec cette triste histoire car rien n’a changé dans le sort des migrants, des clandestins et de ceux qui tentent de demander l’asile politique en abusant souvent du système d’accueil de l’Union européenne, complètement dépassée par l’ampleur du problème pourtant prévisible car souvent annoncé par de nombreux auteurs inspirés.
Lire la suite

8433-Chard

« Dheepan » Les cités intouchables

04/09/2015 – CULTURE (Présent 8433)
Contrairement à la propagande LGBT de La Vie d’Adèle il y a deux ans, le film Dheepan, Palme d’or 2015, n’a pas fait le bonheur de toutes les critiques de gauche. En découvrant le film en salles, on comprend pourquoi.

C’est une chance pour Jacques Audiard que les frères Coen aient présidé le jury de Cannes cette année. L’originalité du style de l’auteur, son empreinte personnelle et l’histoire forte d’amour et de guerre qu’il nous raconte n’ont pas dû laisser indifférents ces deux grands cinéastes.
8433-Une
Audiard (réalisateur du très bon Un prophète) dresse un état des lieux sans concession de nos banlieues françaises (effarant à vrai dire) véritables no-go zones dans lesquelles on n’aperçoit jamais un flic, entièrement livrées aux gangs ethniques. De quoi donner des boufioles au Monde : un film « simpliste dressant un tableau très sombre des banlieues françaises ». Et à Libération : « Un décor de désolation et de violences urbaines, traversé par une idéologie du nettoyage au Kärcher et d’un héroïsme viriliste. »

Car on a beau se crever à faire un film sur le parcours d’un migrant fuyant la guerre civile au Sri Lanka (presque entièrement dialogué en tamoul), encore faut-il qu’il soit vraiment politiquement correct… Notamment à l’égard de nos braves racailles, casseurs et dealers bien de chez nous, nouvelle sorte d’« intouchables » qui vont réveiller le Tigre qui sommeille en Dheepan. Ajoutez à cela la notion de déracinement, de « mauvais » et de « bons » immigrés travailleurs et respectueux du pays d’accueil, désireux de s’intégrer alors que les autres non… (au point, détail percutant, que le Tamoul demande à sa femme de porter le voile alors que ce n’est pas sa religion : « Ça a l’air d’être ce qui se fait, en France »).

À la différence de beaucoup de réalisateurs français, Audiard sait ce qu’est le cinéma. On retrouve son réalisme brutal mêlé de visions oniriques, la poésie qui traverse chacun de ses films, la beauté éblouissante de ses plans. Mais aussi les thèmes qui lui sont chers : la famille, la rédemption par les femmes, la volonté de ne pas se laisser faire. Il est question ici d’une fausse famille : un homme, une femme, une petite fille. Combinée en quelques minutes d’une scène saisissante pour obtenir l’asile politique. Une vraie famille va-t-elle naître ? C’est le plus bel enjeu du film.

Caroline Parmentier

onfray_sur_bhl

Michel Onfray : mort d’Aylan Kurdi,« BHL complice ! »

04/09/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Invité jeudi sur BFMTV, Michel Onfray n’a pas mâché ses mots à l’égard de Bernard-Henri Lévy : « les cons, ça ose tout… », « Ces gens-là sont des criminels. ». Il a qualifié l’icône germanopratine de « complice » dans la mort du petit Aylan Kurdi.

Alors que Bernard-Henri Lévy venait de terminer de s’exprimer sur BFMTV Michel Onfray l’a taclé en direct : «

Il n’a pas honte lui ? Il ferait mieux de rester caché. Je vais citer Michel Audiard “les cons, ça ose tout, c’est à cela qu’on les reconnaît”. Franchement, avec ce qu’il advient aujourd’hui, il ferait mieux de rester chez lui.

Et de poursuivre :

Voilà quelqu’un qui a invité à bombarder la Libye. On ne peut plus rien faire avec la Libye, c’est une base extraordinaire pour le terrorisme aujourd’hui. Responsable de rien ? Coupable de rien Bernard-Henri Lévy ? Il vient nous expliquer qu’il faudrait ceci, il faudrait cela [...] Il y a un moment où il faut un peu de pudeur [...] Tous ces gens qui ont rendu possible cet enfant mort, et Bernard-Henri Levy en fait partie […] il est complice […] comme d’autres sont complices, les présidents de la République d’hier et d’aujourd’hui qui défendent la même ligne. Ces gens-là sont des criminels. Leur politique est criminelle.

Nous ne pouvons qu’approuver ces propos de bons sens, dont la pertinence est prouvée par les réactions indignées des médias officiels.



manif_agriculteurs_paris

La France agricole en crise : des tracteurs en colère à Paris

04/09/2015 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

Peut être les avez vous vus hier, place de la Nation, tous ces tracteurs par centaines, 1 733 selon les organisateurs de la manifestation, et ces agriculteurs normands et bretons en colère, décidés à jouer leur dernière carte. Ils affichent des slogans tels que : « la mort est dans les prés », « fauchés comme les blés », ou encore « tous les deux jours un agriculteur se suicide ». Pour venir jusqu’à Paris, leur long cortège a bloqué l’A13 et a bien perturbé la circulation en région parisienne.

Cette manifestation est l’expression de l’exaspération du monde agricole, qui va croissant depuis le début de l’été.
Annoncée à la fin du mois d’août et organisée par la FNSEA, le syndicat majoritaire de la profession, et par les jeunes agriculteurs, le mouvement veut témoigner de la colère et la détresse des agriculteurs confrontés à l’effondrement des prix de vente de leurs produits alors que leurs charges ont, elles, augmenté.

Ils avaient déjà fait entendre leurs griefs au gouvernement en juillet dernier.
Le 22 juillet, le gouvernement avait annoncé un « plan d’urgence » pour venir en aide aux agriculteurs en difficulté financière. 600 millions d’euros seraient débloqués. Mais aujourd’hui les agriculteurs protestent contre ce plan d’urgence, jugé insuffisant. Ils réclament davantage de mesures, comme des allègements de leurs charges ou encore un étalement de leurs dettes. Plutôt qu’une simple aide financière, ils veulent la revalorisation de leur travail, « plus de prix, moins de normes ».

Manuel Valls leur promet une aide, qui les satisfait peu
Le Premier ministre a indiqué que, « tout sera mis en œuvre pour permettre aux agriculteurs de vivre dignement de leur travail », avant de promettre une aide de trois milliards d’euros sur trois ans. Il a aussi annoncé une « année blanche » sur les dettes bancaires.

Et les manifestants sont repartis déçus
Les mesures évoquées par le Premier ministre sont à leurs yeux un pansement sur une jambe de bois. « On ne serait pas venu, ce serait la même chose ». Et certains d’évoquer déjà les cars prévus pour aller faire pression au Conseil européen de lundi. « Si on va à Bruxelles, ce sera sûrement plus costaud ».

Crédit photo : Capture d’écran du reportage du monde.fr sur la manifestation des agriculteurs à Paris, jeudi 3 septembre.



Les agriculteurs investissent la place de la… par lemondefr


taubira sur itv

Taubira, première “négrière” de France

04/09/2015 – POLITIQUE (NOVOpress)
Toujours prompte à donner des leçons de morale au monde entier, Christiane Taubira ferait mieux de balayer devant sa porte. Un rapport de l’Inspection générale des Finances, des Services judiciaires et des Affaires sociales paru à l’été 2014 et promptement enterré, a resurgi dans les colonnes du Canard Enchainé : près de 50 000 travailleurs au noir sont employés par différents ministères, dont « 40.500 pour le seul ministère de la Justice ».

Ils interviennent souvent quotidiennement au service du ministère de la Justice : interprètes, médiateurs, experts, etc., mais ils sont payés à l’heure, au black. « Le ministère de la Justice n’applique aucun assujettissement aux cotisations sociales et assimile les indemnités de ses collaborateurs à des prestations sans pour autant mettre en place les conditions de leur assujettissement à la TVA », selon le rapport. « Ce sont des personnes qui travaillent exclusivement sur réquisition des autorités de police ou judiciaires. C’est 100 % de leur activité professionnelle », affirme leur avocat Me David Dokhan au micro de France Inter, précisant que ses clients n’avaient « pas de bulletin de salaire » et « aucune protection sociale ».
La pratique est ancienne et pourrait coûter à l’État « de l’ordre d’un demi-milliard d’euros » en frais de régularisation, sans compter les frais pour les intéressés, dont les honoraires étaient majorés d’environ 30 % en l’absence de tout prélèvement.
Appelée à se prononcer mercredi sur la question, Christiane Taubira a affirmé qu’elle prendrait le problème à bras-le-corps. Peut-être compte-t-elle s’en tirer avec un petit poème ?



 

 

carte_migrants

Invasion migratoire : la situation expliquée en cartes

04/09/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Depuis le début de l’année, plus de 350 000 personnes ont traversé la Méditerranée pour rejoindre l’Europe, ce qui représente la plus importante vague migratoire qu’a connu le vieux continent depuis la Seconde guerre mondiale.

Remise en cause de l’espace Schengen, divisions autour des quotas… Les pays européens restent divisés face à ces arrivées massives. Alors que certaines nations ont décidé de renforcer leurs frontières, d’autres appellent à accueillir de manière obligatoire les immigrés qui foulent le sol européen.



Migrants : la crise européenne expliquée en cartes par lemondefr

Myriam El Khomri

Interview de la nouvelle ministre du Travail, Myriam El Khomri : tempête dans un verre d’eau

03/09/2015 – MÉDIAS (NOVOpress)
Deux questions d’Olivier Mazerolle sur RTL à Myriam El Khomri, nouvelle ministre du Travail, suscitent l’indignation des internautes bien-pensants, qui ne savent décidément plus quoi se mettre sous la dent.

Quand le politiquement correct tourne à plein régime, tout est « dérapage ». Pour avoir posé deux innocentes questions sur ses origines marocaines à la nouvelle ministre du Travail, Myriam El Khomri, Olivier Mazerolles s’est attiré les foudres de la twittosphère. Ce n’est donc pas une chance pour la France d’avoir des ministres d’origine étrangère ?



Les questions déplacées d'Olivier Mazerolle de… par LeHuffPost


enfant noyé

Propagande et manipulation pro -immigrationiste : les tweets que vous ne verrez pas dans la presse du régime

03/09/2015 – MÉDIAS (NOVOpress)
Alors que les journaux montrent tous la même photo de cet enfant noyé comme justificatif à l’ouverture de toutes les frontières, voici ce qui est censuré :

 

Réfugiés accueillis par : L’Arabie Séoudite : 0 Le Koweit : 0 Le Qatar : 0 Les Émirats Arabes Unis : 0 Bahrain : 0

 

Les riches pays Arabes à l’Union Européenne :
« Bon sang, ouvrez la porte aux réfugiés syriens, bande de glandeurs indifférents ! »

et quelques photomontages glanés sur le net…

arabie et enfant01

Abdallah ben Abdelaziz Al Saoud, précédent roi d’Arabie Séoudite, dans un photomontage avec Aylan Kurdi, l’enfant mort noyé dans une tentative de passage clandestin vers la grèce.

arabie et enfant02

Un autre photomontage montrant le mépris des pétromonarchies à l’égard du sort des “migrants”, toujours avec Abdallah ben Abdelaziz Al Saoud et Aylan Kurdi.

natacha bouchart

Invasion migratoire à Calais : richesse culturelle exceptionnelle pour le maire, la peur au ventre pour les habitants

03/09/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Récitant bien sa leçon politiquement correcte, Mme le maire de Calais trouve formidable l’Invasion migratoire de sa ville. Ses administrés, eux, sont au désespoir et vivent la peur au ventre.

Natacha Bouchart, maire Les Républicains de Calais veut rendre sa ville attractive, « tout en n’occultant pas la problématique des migrants, parce qu’elle est là, elle existe, donc il faut apprendre à vivre avec. » Se soumettre et renoncer à défendre ses administrés n’a pas l’air d’être trop dur pour elle qui considère que les clandestins
« peuvent être une richesse culturelle exceptionnelle ».
D’ailleurs, elle conclut « qu’on est ouverts à tout »

Ce n’est pas le cas de ses administrés, souvent agressés par des hordes de clandestins jusque dans leur domicile, qui vivent la peur au ventre derrière des grillages et caméras et qui sont à bout. Choc du discours et de la réalité.



Chard-Présent-8432

Migrants : les collabobos

03/09/2015 – SOCIÉTÉ (Présent 8432))
On croyait que la misère était moins pénible au soleil, mais pour Aznavour c’est quand même en France qu’elle doit s’installer. S’il reste un ou deux cageots de tomates après la manif des paysans, j’irais bien les lui balancer sur la scène de son prochain concert au Palais des Sports.

L’artiste vient de lancer un appel en faveur de l’accueil des migrants, appelant à les « intégrer dans la société française », à leur trouver « un endroit où les loger, du travail et une vie normale ». Il a exhorté « les gens » à offrir une « future existence » en France à tous ces clandestins.
8432_Une
C’est sûr qu’il a des leçons à donner lui qui, riche à millions, s’est installé en Suisse pour ne pas payer d’impôts en France. Généreux avec l’argent des autres. Le pauvre contribuable, lui, peut payer l’AME, la CMU, la scolarisation, les allocations temporaires d’attente (ATA) de 340 euros par mois et l’allocation mensuelle de subsistance (AMS) de 718 euros par mois… Le tout multiplié par des milliers de demandeurs d’asile par semaine. Les temps ont changé depuis Ma Bohême et le profil des migrants aussi.

Au printemps dernier, lors de la promotion de son dernier album, Aznavour proposait (aussi réaliste que ses chansons) de recréer des villages français grâce à l’immigration. Sauf qu’ils n’auront plus rien de Français justement, ce seront des cités ethniques pour lesquelles on a déjà donné, à grands coups de milliards et ça n’a jamais fonctionné. Avec 6 millions de chômeurs, un pays surendetté, de plus en plus d’enfants, de retraités et de salariés vivant en dessous du seuil de pauvreté, des campagnes qui se vident faute de travail, une agriculture en soins palliatifs, ajoutons des immigrés clandestins en masse et ruinons-nous davantage.

Dans le sillage d’Aznavour, d’autres « personnalités du monde de la culture » se sont indignées des conditions d’accueil des migrants. Dans un appel publié en juillet sur le site de Télérama, ils sont 222 en tout, parmi lesquels Juliette Binoche, Omar Sy, Emmanuelle Bercot (palmée à Cannes), Valéria Bruni-Tedeschi (sœur de Carla), Jean-Louis Trintignant, Cédric Klapisch, Abderrahamane Sissako, les rappeurs d’IAM, Bruno Podalydès, Charlotte de Turckheim ou encore Arnaud Desplechin à interpeller le maire de Paris, Anne Hidalgo et à réclamer notamment la création d’une « Maison des Migrants » (dont un internaute demandait à juste titre si elle serait en pain d’épices). On en est là en effet dans le degré d’abêtissement et de sens des réalités…

Au bal des bobos, la plupart sont des exilés fiscaux qui ne vivent pas en France comme Omar Sy qui curieusement a abandonné Trappes pour vivre avec sa famille à Los Angeles. Combien comptent-ils en recueillir à titre personnel ?

Caroline Parmentier